Maître Minoru Mochizuki
Index de l'article
Maître Minoru Mochizuki
De 1932 à 2003
Toutes les pages
Please wait while JT SlideShow is loading images...
Maître Minoru MochizukiMaître Minoru MochizukiMaître Minoru MochizukiMaître Minoru MochizukiMaître Minoru Mochizuki
mon_yoseikan

Maître Minoru Mochizuki

11 avril 1907 – 30 mai 2003
10e Dan, Meijin Aïkido,
9e Dan, Jujutsu.
8e Dan, Iaijutsu.
8e Dan, Judo - Hanshi (grades Kokusai)
8e dan Katori Shinto Ryu.
7e Dan Iai - Kyoshi
5e Dan, Kendo. (grades Zen nihonkendo renmei)
5e Dan, Karaté

Fondateur de l’École Yoseikan

Né d'une famille de samouraï, il commença à étudier le judo à l'âge de 6 ans. Il reçu dans sa jeunesse les héritages martiaux exceptionnels. Il a aussi pratiqué du Gyokushinryu jujutsu avec Sanjuro Öshiam et du Kenjutsu avec un ex-samouraï.

En 1926, il s'inscrit au Kodakan dojo de Jigoro Kano, fondateur du Judo, Shihan et de Me Morihei Ueshiba, fondateur de l'Aïkido. A cette époque il commença l'étude du Katori Shinto Ryu (le Iai, le Ken, le Bo, le Naginata ), du Jujutsu et du Kendo.
Me Minoru Mochizuki fut un des meilleurs élèves de Me Jigoro Kano, ce dernier lui demanda d'aller étudier l'Aikido sous l'égide de Me Ueshiba les techniques de Daito Ryu. Pendant tout ce temps Me Takeda venait régulièrement au dojo de Me Ueshiba pour enseigner. Ce qui eu pour conséquence une grande influence sur l'enseignement de Me Mochizuki.

Me Minoru Mochizuki, après avoir créé dés 1929 le dojo Yoseikan de Shizuoka, s'attache à retrouver et réintégrer l'ensemble des techniques martiales initiales dans l'esprit du Daito Ryu Aikibudo. Pour cela il reprend les atemi qui rejoignent les frappes aux armes traditionnelles, réincorporés dans son enseignement, mais aussi les sutemi du grand Me Mifune. Il vise ainsi à rétablir l'enseignement complet, diversifié, qui permet de trouver l'essence même de chaque technique, au prix d'une difficulté d'apprentissage due tant à la multiplicité qu'au réalisme des situations envisagées.

L'Aikibudo de Me Mochizuki, issu de la période Aiki Bujutsu de Me Ueshiba, intègre dans son programme l'art du Ken, du Bo, du Naginata et Iai jutsu de l'école Katori Shinto Ryu. Me Mochizuki ouvra son premier dojo, le Yoseïkan, en 1931 dans la ville de Shizuoka. Non longtemps après il vécu 5 ans en Mongolie en tant qu'instructeur d'arts martiaux japonais, à son tour il étudia les arts martiaux chinois.


En 1932, Me Mochizuki et Me Tomiki, reçoivent des mains de Me Ueshiba, le Menkyo Kaiden du Daito Ryu Aikijujutsu.
Me Minoru Mochizuki a fondé son système sur un résumé de tous les arts martiaux qu'il a étudiés. Il a modernisé et a ajusté ce système sans emporter les techniques qui semblaient illogiques. Il fonda l'organisation Yoseikan international.
Envoyé en Mongolie en 1938 suite au déclenchement de la guerre entre la Chine et le Japon, il enseigna le Kendo et l'Aïkijutsu et appris de son côté le Karaté.
En 1951, il fait partie de la délégation culturelle du Japon pour la réunion de l'UNESCO à Genève, comme expert délégué par le Kodokan pour démontrer le Judo en France, en Suisse et en Tunisie. C’est au cours d'une compétition internationale de Judo à Paris, qu’il effectua la première démonstration d’Aïkido Jujutsu à l’Ouest, art qui subjugua un bon nombre de pratiquants de judo En 1953, il fût obligé de quitter de la France pour ses propos anti-nucléaire. De retour au Japon et sur sa demande, Me Ueshiba délègue pour la France, un jeune maître Tadashi ABE, dont le style était très proche de l'Aikibudo.
Décerné par le bureau municipal, Me Minoru Mochizuki reçoit la médaille d'argent de la ville de Paris.
Il en profita pour montrer également le Iaïdo, le Kendo et un peu de Karaté. Il est donc le pionnier de l’Aïkido en France, où pendant 2 ans et demi il enseigne le Judo et l'Aïkido, il écrit même un livre sur l’Aïkido et un fascicule sur la boxe française, avant son départ en 1953.

Il envoya en France en 1962 son fils Hiroo Mochizuki et resta en contacts très étroits avec Me Alain Floquet depuis cette époque et jusqu'à la fin de sa vie en 2003.

Il a définit le nom de son dojo par trois idéogrammes simples :

- YO définit le concept d'apprentissage et croissance en prospérité.
- SEI définit le concept de vérité, bon, droiture et d'attitude positive.
- KAN définit le concept d'endroit, un édifice ou une maison.