Paul Harmant 1930-2018

paul-harmant

Cliquez sur ce lien pour técharger un fichier .pdf de ce texte avec des photos supplémentaires

Le 22 septembre 2018 dernier nous parvenait une bien triste nouvelle : le décès de Paul Harmant. Ce nom ne laissera personne indifférent tant il est lié aux Arts martiaux et à notre Ligue de Lorraine. 
En de telles circonstances, il est commun de parler « d’un livre qui se ferme », mais pardonnez-nous cette banalité, c’est l’image qui s’impose quand nous évoquons Paul tant son éclectisme donne matière à des chapitres aussi nombreux que variés. 
Celui consacré à l’aïkibudo, sur lequel nous reviendrons, en constitue certes la part la plus importante, mais les autres, n’en sont pas moins dignes d’intérêt tant ils témoignent de l’engagement associatif de notre ami. 
En sa jeunesse, Paul, comme nombre de jeunes gens, a pratiqué le football ainsi que l’athlétisme. Plus tard, ce fut la gymnastique où il fut moniteur et juge national et vers laquelle il dirigea Paul-Patrick et Daniel ses fils. 
Il s’intéressa aussi à la musique : autodidacte, il apprit à jouer de l’accordéon. Il n’était pas rare, le samedi soir, de le voir, en compagnie d’un ami, animer des bals.
Enfin, il y eut la pratique du billard : licencié au club d’Homécourt, il y fut à plusieurs reprises champion départemental par équipes. 
Mais comme nous l’avons déjà souligné, la pratique martiale constituait sa principale passion. 
Son parcours, dans cette voie, est intimement lié à l’histoire du club de Joeuf. C’est en septembre 1973 que Lilian Poletti,  élève de Maître Floquet, créa, sous l’égide de la FFJDA (Fédération française de Judo et disciplines associées) - à cette époque, les fédérations d’Aikido étaient inexistantes-ce qui s’appela alors le club d’Aikido de Joeuf. 

En 1980, après le départ de la région pour raisons professionnelles du fondateur, Christian Wrobel en devint le responsable technique. En 1981, Paul lui succéda en assurant aussi les fonctions de secrétaire et cela jusqu’en 2006, année où il laissa ces charges respectivement à Didier Esch et à Cédric Colle. Il assuma alors le rôle de moniteur adjoint tout en secondant le secrétaire. 
Son investissement ne se limite pas au seul club de Joeuf puisque dès 1976, il fut élu secrétaire adjoint au sein de la Ligue de Lorraine FFAK (Fédération française d’Aïkido et de Ko- Budo). 
En 1982, il accéda à la présidence du Comité Régional FFAK et, en 1983, fut réélu à ce poste, mais cette fois au titre de la toute nouvelle fédération FFAAA dont il présida la Ligue de Lorraine de 1989 à 1991. 
En 1989 il créa le Comité départemental de Meurthe-et-Moselle FFAAA qu’il présida jusqu’en 1994. 
De 1993 à 2004, il devint président du Comité Régional aïkibudo fonction qu’il cumula en 1994-1995 avec celle de vice-président du Comité départemental de Meurthe-et-Moselle et de vice-président de la Ligue de Lorraine FFAAA.
Ses prises de responsabilité lui valurent d’être nommé président d’honneur de la Ligue de Lorraine FFAAA en 1991 ainsi que les médailles de bronze (1992) et d’argent (2006) de Jeunesse et Sport. 
En outre, en 1995, le diplôme d’honneur et la médaille de bronze du Comité olympique et sportif de Lorraine lui furent attribués. La carrière de Paul ne se limite pas à cet aspect administratif puisqu’ après son 1er Dan aïkibudo (1977), il obtint le 2e (1982), le 3e (1993) et le 4e (2003) et qu’en Katori Shinto Ryu il fut 1er Dan (1988), 2e (1995), grades décernés conjointement par les Maîtres Sugino Yoshio et Floquet Alain et qu’en 2003 Maître Hatakeyama Goro l’éleva à celui de 4e Dan. 
Il convient également de rappeler qu’en 1980, le prince Higashikuni Naruhiko, président de l’IMAF (international Martial Arts Fédération) lui octroya le 2e Dan au titre de cet organisme. 
Enseignant apprécié, Paul satisfit aux épreuves du Monitorat fédéral FFAK (1979), FFAAA (1988) et au Monitorat fédéral FKSR (Fédération de Katori Shinto Ryu) 2e degré (2005). 
Ses qualifications et ses titres l’amenèrent à participer régulièrement aux divers jurys lors des passages de grades interrégionaux tant en aïkibudo qu’en Katori Shinto Ryu.
Au terme de du résumé très imparfait de cette vie dédiée au sport et plus spécialement aux Arts martiaux, force est de constater que le cliché du « livre qui se ferme » employé ci-dessus n’est pas si éculé que cela. 
Comment terminer cet hommage sans évoquer l’homme qu’était Paul, son franc-parler, ses coups de gueule lorsque les choses n’avançaient pas assez vite à son gré et le souci qu’il avait de toujours faire progresser nos disciplines qui nous laissent le conviction, très engagé sur le plan associatif, désireux de partager ses connaissances afin que tout un chacun puisse progresser. 
Son départ n’endeuille pas seulement Monique, son épouse, Jocelyne, Paul-Patrick et Daniel, mais toute notre Ligue, notre région et nos diverses fédérations, c’est donc avec beaucoup d’affection que nous lui disons « au revoir Paul, tu vivras toujours dans un coin de nos cœurs et de nos mémoires, tant il est vrai que les vieux guerriers ne meurent jamais ».